Retraites et députés, un faux bourbier

Ah nous voici dans un nouveau temps de problèmes, de nouvelles réformes de retraites qui n’en finissent pas de réformer l’imbécile. Ces derniers jours, les pantins du palais Bourbon s’agitent comme des chiffons enflammés. Le côté gauche se vante de pisser encore du papier, le coté droit se perd entre passivité morbide et grossièretés sanctionnées, tandis que le centre se plaint et se complaint qu’il n’a pas tous pouvoir dans sa démocratie.
En bref les pitres n’ont pas fini leur manège.


Pour ceux qui nous liraient dans un futur plus lointain, voici un petit résumé de la situation.

Après des débats houleux et une dizaine de 49.3 pour passer le budget 2023, l’Assemblée nationale se penche sur un sujet plus terrible encore : la réforme de retraites. Il s’agit effectivement de faire passer la durée de cotisation de 42 à 43 ans et l’âge légal du départ à la retraite de 62 à 64 ans.
Le sujet est évidemment plus complexe que ça mais on ne va pas s’attarder là-dessus.

Si vous suivez l’actu et notamment en politique, vous avez dû voir passer le matraquage de LFI qui se vante de déposer 13 000 amendements pour faire barrage ; vous avez aussi dû entendre les débats houleux, les cris hystériques et peut être même une horrible chorale mélenchoniste…

Ne vous inquiétez pas, ces enfants-là s’amusent assez aujourd’hui pour assister bel et bien aux séances, qui sont plus remplies que d’habitude. Ah oui pour rappel, vous pouvez être absent à toutes les séances pendant un an et demi ou même tout votre mandat si vous le souhaitez, vous percevez toujours vos salaires. 


Comment ça, quelqu’un s’étonne que les représentants du peuple soient payés 5 smic ? C’est pourtant si éreintant de porter cette charge et de supporter tant d’hypocrisie et de malversations.  Il faut bien que des salaires hauts dissuadent de la corruption, n’est-ce pas ? (Spolieur, ça ne marche pas)
En bref ces grands enfants nous coutent aujourd’hui plus d’un demi-milliard. Si on prend le budget de 2020 consacré aux salaires, primes, frais personnels etc, chaque député et ses collaborateurs nous coute 120 000 euros par an. Evidemment je ne compte pas les services d’entretien, les investissements, les charges de personnel, la nourriture, les avocats et la liste est longue comme mon bras (et il n’est pas petit, mon bras).

En bref, alors que le salaire minimum du député est de 7500 euros par mois pour « permettre à tout citoyen, quelle que soit sa condition sociale, de pouvoir exercer un mandat de député s’il est élu. », des millions de français manifestent dans les rues et Jupiter remet la légion d’honneur à l’œuf le plus riche du monde.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top